Cycle étranger : la bande dessinée taïwanaise

Samedi 5 décembre [Salle 2]


14h30-15h30 :
Une histoire de la bande dessinée taïwanaise

Origines et premières influences de la bande dessinée à Taïwan, de la fin du XIXe à nos jours. Présentation des thèmes de prédilection abordés, des œuvres et des artistes de premier rang, ainsi que des spécificités de l’endroit, notamment dues à son insularité, la relative diversité de sa population, la période de colonisation japonaise (1895-1945), etc. Influence dominante du manga sur la production taïwanaise. Ses standards et conditions de production. Quel y est l’impact des comics, du franco-belge ?

Animateur : Florian Rubis
Intervenants : Li-Chin Lin, Yo-shiang Ao

Je m’inscris gratuitement pour assister à cette rencontre

15h30-16h30 : Panorama de la scène contemporaine taïwanaise

Quels sont les auteurs qui comptent aujourd’hui à Taïwan ? Quels sont les critères qui y font un best-seller ? Y a-t-il une tonalité spécifique à la bande dessinée taïwanaise contemporaine ? Quel est son poids et qui en sont les acteurs au sein de la production autochtone ? Comment s’exporte-t-elle et à quelles conditions ? Découverte d’une scène encore très mal connue en France.

Animateur : Li-chin Lin
Intervenants : Mickeyman, Che Chen

Je m’inscris gratuitement pour assister à cette rencontre

16h30-17h30 : La BD taïwanaise dans le macrocosme asiatique

Taïwan et ses manhua appartiennent à la sinosphère et recourent au mandarin, forme dominante des langues chinoises, mais dont les usages et versions peuvent différer en Asie. Ceci les obligent à s’adapter, et pas seulement lors de traductions au Japon : mandarin simplifié en vigueur en Chine continentale contrairement à Taïwan, coexistence à Hong Kong et dans le Sud chinois avec le cantonais, etc. La production taïwanaise de bandes dessinées s’exporte-t-elle bien en Asie ? Au prix de quelles concessions ? L’industrie locale se focalise-t-elle sur son marché intérieur ou démontre-t-elle une réelle volonté de se faire connaître par-delà ses frontières ? Quelles relations éditeurs et auteurs taïwanais entretiennent-ils avec le manga, le reste des manhua de langue chinoise, le manhwa coréen et d’autres déclinaisons asiatiques du 9e art ?

Animateur : Florian Rubis
Intervenants : Yo-shiang Ao, Mickeyman, Dominique Véret

Je m’inscris gratuitement pour assister à cette rencontre

17h30-18h30 : Editer la bande dessinée asiatique en France

En l’espace de quelques décennies, nos yeux de lecteurs européens se sont ouverts sur des mondes entiers dont nous ne soupçonnions pas l’existence. Après le manga, découvert dans les années 1990, ce fut le tour des bandes dessinées coréennes, chinoises, hongkongaises et taïwanaises. Comment édite-t-on des bandes dessinées chinoises et taïwanaises en France ? Quelles sont les spécificités de cette branche du 9e Art, y compris celles qui pourraient la rendre fertile en nos contrées ?

Animateur : Florian Rubis
Intervenant : Dominique Véret (Akata), Stéphane Duval (Le Lézard noir), Xu Gefei (Editions Fei), Jean-David Morvan (scénariste)

Je m’inscris gratuitement pour assister à cette rencontre

 


 

L’exposition et les rencontres consacrées à la bande dessinée taïwanaise sont réalisées avec le soutien du Centre Culture de Taïwan à Paris.

Logo du CCTP

et du Ministère de la Culture de Taïwan

Logo du Ministère de la Culture de Taïwan